La "Prairie Fleurie", le 1 % culturel

Le grand projet à la Cuisine Centrale que nous avons dénommé la « Prairie Fleurie » débute demain.

La Cuisine Centrale de Brest est un établissement public. 1% du budget de sa réalisation a été consacré à l’artistique, et c’est dans ce cadre que va se dérouler le projet..

Mais qu’est-ce que le « 1 % culturel » exactement ??

Procédure originale, créée en 1951, « l’obligation de décoration des constructions publiques » est entrée dans le langage courant sous l’appellation de « 1% artistique » (ou parfois « 1 % culturel » ou encore « 1 % décoratif »). Elle consiste à affecter obligatoirement un pour cent du coût des travaux de construction ou d’extension de certains bâtiments publics, à la réalisation d’une ou de plusieurs œuvres d’art contemporain commandées spécialement pour ce lieu ou ses abords.

Mesure de soutien à la création, le « 1% » permet à des artistes travaillant dans tous les domaines du champ des arts visuels (sculpture, peinture, photographie, graphisme, design, vidéo, nouvelles technologies etc.) de concevoir une œuvre spécifique pour un environnement donné.

Il est important de souligner qu’à chaque fois que la stricte obligation est dépassée par une réflexion en amont visant à concevoir une œuvre pensée en relation avec le contexte architectural, on aboutit à des réalisations d’une grande justesse.

Certaines collectivités l’ont bien compris, élargissant le cadre obligatoire pour faire du « 1% » un instrument de leur politique artistique en matière d’art public.

Citons quelques exemples célèbres : l’enseigne « Danse » de Pierre di Sciullo sur le toit du Centre national de la Dans à Pantin, l’oeuvre de Philippe Favier « Muttum » pour la Faculté de sciences et Techniques de Saint-Etienne, le jardin « One way or another » de Jean-Luc Vilmouth pour la Bibliothèque universitaire du Mans, ou encore le rideau en forme de puzzel de Franck David pour le Commissariat de police de Grigny.

86cad250b8532a69cd8d96b5e0d6a295.jpg