Archives quotidiennes :

Une petite histoire d’OGM (Organisme Gentiment Modifié)

Une nouvelle petite histoire d’OGM, les fameux « Organismes Gentiment Modifiés » de Jean-Louis Fournier.

Un ouvrage humorisitique sur la génétique impertinente, un ouvrage scolaire « déjanté » comme Fournier aime si bien le faire.

Un support pédagogique, bien fait pour faire comprendre aux enfants le problème des OGM.

« En créant les OGM, « Organismes Gentiment Modifiés », l’homme, pas mauvais bougre, a décidé de remettre un peu de justice dans le monde animal ».

4c0e35aba7d4092b43967021db1c84ef.jpg

Le perroquet et le corbeau

– J’ai pris une belle leçon d’humilité hier, dit le corbeau.

– Qu’est-ce qui t’es arrivé ? demande le perroquet.

– Je me suis promené au Jardin des Plantes, il y avait beaucoup de monde devant la cage des aras. Je me suis mêlé à la foule et j’ai écouté les gens. Fallait les entendre : « beau, magnifique, extraordinaire… ». Pas un mot pour moi, comme s’ils ne me voyaient pas, pourtant j’étais à leurs pieds. J’ai manqué d’être piétiné ! Je suis quand même un oiseau. Et je ne suis pas si moche que ça.

-Tu ne sais pas te mettre en valeur, tu es toujours en noir.

– D’accord, mais j’ai des reflets bleus.

– Tu devrais apprendre à parler.

– S’il faut répéter toute la journée « je m’appelle Coco, je m’appelle Coco… » pour intéresser les gens, non merci !

– A propos, tu aimerais être perroquet, mon Coco ?

– Ne m’appelle pas Coco. Pourquoi tu me demandes ça ?

– Parce que c’est possible maintenant avec les OGM, tu peux devenir un perroquet transgénique.

– Je ne serais pas obligé de répéter « je m’appelle Coco » ?

– Tu diras tout ce que tu veux.

– Le jour où je serai perroquet, j’en profiterai pour répéter la table de multiplication, le théorème de Pythagore, les départements français…. Des choses utiles !

Extrait d’ « Organismes Gentiment Modifiés » – Jean-Luc FOURNIER – Editions Payot & Rivages – 2006

Ciné Cabaret "Hors Champs"

« HORS CHAMPS« , un Festival de films de jardins et de jardiniers, qui aura lieu à Brest, du 2 au 4 octobre 2009. 3 jours de rencontres autour d’une programmation de films sur le thème « LES JARDINIERS« .

Pour annoncer ce Festival, une soirée Ciné-Cabaret est proposée ce MARDI 9 DECEMBRE à 20 h 30 au Vauban (Brest).

L’entrée est libre… Venez nombreux…

c3ed10a6e3e05145f7cc68a6007d80de.jpg
9c896352278d7b91f123ed3cfe18aea1.jpg

les mains dans la terre, la tête dans les images

Du bon panais dans mon panier

Dans la rubrique « ZOOM sur un des légumes de mon panier », cette semaine, c’est au tour du PANAIS de faire l’honneur.

Son histoire…

C’est une RACINE POTAGERE de la famille des Ombellifères comme la carotte. Au Moyen-Age et à la Renaissance, le panais était un légume fort apprécié en Europe.

Depuis l’apparition de la pomme de terre, il a perdu sa popularité et entre presque dans la catégorie des légumes « oubliés » !

Ses bienfaits…

C’est un légume « SUCRE » qui rappelle un peu le céleri-rave en plus doux avec un petit goût de noisette.

Il est une excellente source d’acide folique. Appelé aussi vitamine B9, l’acide folique joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN / ARN) et des acides aminés nécessaires à la croissance cellulaire et dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire.

Comment le cuisiner…

Le panais n’a pas besoin d’être pelé. Tailler à la dernière minute, tout comme la pomme de terre, il a tendance à s’oxyder au contact de l’air. Il faut donc le cuire immédiatement ou le mettre à tremper dans une eau citronnée. On le cuisine comme les carottes : bouilli, au jus, en purée, au beurre, en beignet….

Dans les pays anglo-saxons, il sert à donner du goût au pot-au-feu…

Cru, râpé, on peut le servir en salade arrosé de jus de citron avec quelques feuilles de coriandre…

Il adore aussi cotôyer les fruits à chair blanche…

Un autre petit « truc »…

Les FRITES de panais, c’est original et très bon !

Tout simple, il suffit de le couper en « allumettes », d’arroser d’un filet d’huile d’olive et de mettre au four… Les enfants n’y voient que du feu et ils adorent….

874273ce7d3c08d73288ec96e79fa429.jpg

8782a97ad81f6f5ea275cd5bac7f1dbe.jpg

Il l’a réalisé, il en PARLE

Jean-Paul Jaud, le réalisateur du documentaire « NOS ENFANTS NOUS ACCUSERONT » était présent jeudi soir au cinéma « Le Bretagne » à Sain Renan pour la projection du film et pour le débat proposé en 2ème partie.

Tout simplement, il parle de son film comme « Un HYMNE A LA VIE, un HYMNE A LA NATURE » !

Interviewé par la presse locale, voici le jeu de « questions-réponses » qui permet de mieux comprendre le pourquoi-comment de ce film ENGAGE et MILITANT

(Extrait du Télégramme du jeudi 4 décembre 2008)

Quel est le message principal du film ?« 

J. P Jaud : « Le message du film ? Il est très simple : il est impératif d’arrêter de manger de la nourriture chimique issue d’une agriculture mortifère. Une agriculture responsable à elle seule de 30 % du réchauffement climatique. Rien que ça… »

Quels exemples donnez-vous dans votre documentaire pour illustrer ces propos ?

J.P Jaud : « Il y a des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. Un exemple : pour produire une tonne d’engrais chimique, il faut 2,5 tonnes d’énergie fossile. Chaque année, ce sont 148 millions de tonnes de nitrates qui sont fabriqués de par le monde. Je vous laisse faire le calcul… Sachant qu’à cela, il faut ajouter les dépenses énergétiques liées au transport de ces matières.

On a réussi à détruire vingt siècles de biodiversité en un demi-siècle : 30 % des espèces du vivant ont déjà disparu. Il nous reste vingt ans pour agir. »

Dans quelles conditions s’est déroulé le tournage ?

J. P Jaud : « Nous avons tourné une année scolaire complète, entre 2006 et 2007, à Barjac, un petit village de 1 500 habitants situé dans le Gard où la municipalité a eu le courage de prendre des mesures fortes. Le coeur de ce documentaire restant la nature et le mal qu’on lui fait ».

Sorti le 5 novembre, votre documentaire semble faire de plus en plus parler de lui…

J.P Jaud : « Il est sorti dans 21 salles pour commencer. On doit en être à 28 aujourd’hui. Elles se remplissent de jour en jour. Je pense que c’est normal que les gens s’accaparent le film, car il traite de faits qui concernent tout le monde. »

0720a06a0dc9ddfe24950af670d1a032.jpg

Homme de télévision, Jean-Paul Jaud s’est notamment occupé des directs de Canal + avant de réaliser la série

des « Quatre Saisons ».

Il signe un film à la fois militant et engagé.

Sans équivoque possible, un film à l’image de son discours….