Kezako…..

Kezako, non KIWANO….

Le drôle de truc orange à pics du panier de fruits bio de ce vendredi n’est pas le « virus du sida » (dixit une cliente des paniers !!!!) mais un KIWANO !

DSC_2883Qu’est-ce que le KIWANO ??
Fruit méconnu , très décoratif et à la saveur délicate, le kiwano est présent sur les marchés pratiquement toute l’année. Portait de ce fruit original, avec Bernard Oudard, producteur de kiwano depuis plus de 10 ans.
Les origines du kiwano

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le kiwano, n’est pas une création, mais une espèce naturelle, originaire d’Afrique Centrale. Sa culture a été développé en Nouvelle-Zélande, puis en Europe, en particulier au Portugal et en France.

D’où vient son nom ?

Kiwano est en réalité une marque. Ce fruit a été baptisé ainsi par John Morris, le Néo-Zélandais qui en a développé la culture.Mais ce fruit est également connu sous d’autres appellations : melon à cornes, concombre cornu, melano, mentulon… Aujourd’hui, le nom de la marque est devenu le nom d’usage le plus courant, à travers le monde, pour ce produit.

Comment cultive-t-on le kiwano ?

C’est une cucurbitacée, comme le melon ou le concombre. Sa culture est donc annuelle : on sème les graines, que l’on repique en avril, puis on récolte les fruits de juillet à septembre. Il s’agit d’une culture de plein champ mais pour ma part, j’en cultive également sous serre pour avoir des kiwano dès juin. Le kiwano préfère les terrains riches et il demande de la chaleur pendant une longue période, sans exposition directe au soleil. Ma production est située au Portugal, au sud de Lisbonne, où la proximité du bord de mer permet en outre d’avoir une hygrométrie idéale. Si les conditions sont remplies, le kiwano n’est pas une plante compliquée : naturellement résistante aux maladies, elle ne demande pratiquement aucun traitement. La récolte se fait à la main et il faut se protéger de gants pour éviter les piquants.

 DSC_2885
Comment le fruit se conserve t-il ? Une fois récolté, en été, on le stocke à une température supérieure à 18° c, en milieu relativement humide : sa peau épaisse permet sa conservation tout au long de l’hiver et même jusqu’au printemps suivant.
Chez soi, le kiwano doit être conservé de la même façon : l’idéal est de le laisser dans une corbeille de fruits, d’autant qu’il est très décoratif. Surtout, ne jamais le stocker au réfrigérateur ! Il craint par ailleurs l’éthylène, un gaz naturellement produit par certains fruits (pomme et banane en particulier), il est donc préférable de limiter leur contact.
Comment le consommer ?
Ce fruit se consomme tout simplement nature. On le coupe en quatre quartiers et on le déguste comme la pastèque.
kiwanobio
La texture de sa chair rappelle celle du fruit de la passion : gélatineuse avec des petites graines comestibles. Sa saveur est acidulée et rappelle l’arôme de la banane verte. Sa couleur, chair verte avec des graines blanches, peau orangée, en fait un élément de décoration des plats salés ou sucrés.
Le kiwano se marie avec tous les fruits exotiques ou métropolitains et avec le poisson ou les viandes blanches. On peut également en faire des confitures.
A vendredi, pour encore de nouveaux fruits bio dans votre panier !!
DSC_2883
DSC_2884
Paniers de légumes et fruits BIO tous les vendredis
de 16 h et 19 h
et encore plein de produits BIO locaux, les produits laitiers de la ferme de Traon Bihan bien évidemment et puis plein d’autres produits : oeufs, pain, plantes aromatiques, cidre, jus de pommes, farine, conserves de poule…..
A SUIVRE…..