Archives du mot-clé Emploi

Une journée "durable" et mémorable

La journée de nos jeunes collégiens de 3ème, jeudi dernier, se voulait « durable », elle restera également mémorable !

En effet, l’objectif de ce projet en collaboration avec le collége de Kérichen est bien la découverte des métiers, plus précisément ceux qui privilégient le « développement durable » (thématique sélectionnée pour l’option DP3).

Tout au long de l’année, nous échangeons, nous rencontrons et travaillons ensemble pour mieux faire comprendre le métier d’agriculteur, spécialisé dans la production laitière biologique.

Un projet basé sur l’échange, la responsabilisation des jeunes, le FAIRE

Jeudi dernier, ils ont participé à l’intervention artistique de la Cuisine Centrale avec la plantation des pommiers du verger conservatoire (cf autres notes) mais ils ont également participé à de nombreuses autres animations.

Des animations qui leur ont permis :

– de découvrir un lieu de production en restauration collective : la Cuisine Centrale

– de découvrir et de sensibiliser au jardinage écologique, aux plantes et leurs bienfaits

– de connaître des secteurs d’activités et d’emploi méconnus (associations, restauration collective…)

Une journée vraiment très RICHE et ENRICHISSANTE, qui se voulait tout simplement DURABLE et MEMORABLE !!!

Les thèmes forts du jour :

8beac57cfb3205f8017cdbaf9cea60a7.jpg
5791d730c371426d1e0275c28fccbc65.jpg
d57cf66317ecb0b78ec1699f1e849231.jpg
23a46a48ea73d6d4ade08fe3169b169a.jpg

Encore de la réflexion et du ciné-débat

Un nouveau documentaire à découvrir et du ciné-débat. Il s’intitule « L’Assiette Sale« , il a été réalisé par Denys PININGRE et aborde l’esclavage moderne, l’agriculture intensive, la grande distribution et s’il existait une alternative à ce cycle infernal ?

Un débat possible avec le réalisateur lors des projections prévues les jours prochains, à savoir :

– à Landerneau, à la Salle Municipale, le vendredi 28 novembre à 20 h 30

– à Morlaix, à la Salamandre, le dimanche 30 novembre à 17 h

– à Lesneven, à la Salle Even, le lundi 1er décembre à 20 h

Et pour en savoir plus sur le film :

Chaque année, le département des Bouches-du-Rhône accueille 5000 ouvriers agricoles saisonniers étrangers. Sans eux, l’agriculture dans ce département n’existerait pas. Les conditions de travail, de logement et les salaires qui leur sont imposés sont dans de très nombreux cas indignes.

Il suffit de rappeler qu’aucun droit à l’ancienneté ne leur est accordé, quand certains viennent en France depuis 30 ans, que leur couverture sociale s’arrête à nos frontières alors que certains traitements chimiques dans les plantations provoquent des maladies « à retardement », cancers ou Parkinson… et la liste est encore longue.

Le film décrit cette situation et remonte les mécanismes qui l’engendrent. Au passage, il fustige l’agriculture intensive, ses excès et les dangers qu’elle suscite, pour aboutir à la description des méthodes de la grande distribution. La quasi-totalité du marché des fruits et légumes est concentrée entre les mains de six centrales d’achat, qui disposent ainsi de tous les moyens de pression sur les producteurs français et étrangers pour obtenir des prix toujours plus bas, et permettent des marges toujours plus élevées…

Devons nous subir sans rien dire, accepter qu’à nos portes se pratique une forme moderne de servage ? Et nous rendre malades à force d’ingurgiter les résidus de fongicides, pesticides, engrais chimiques, tandis que la terre se gorge de ces produits qui se retrouvent ensuite dans la nappe phréatique ? Est-ce une fatalité ?

Le film montre qu’au contraire, d’autres formes d’agriculture existent, qu’elles permettent la pérennisation d’exploitations viables, à taille humaine, et souvent un mode de relation directe entre le producteur et le consommateur.

Opter pour une autre forme de consommation, refuser de manger des tomates « hors-sol » en hiver, et retrouver le goût des produits naturels, fruits et légumes de saisons cueillis murs et distribués immédiatement, c’est à la fois garantir une vie plus saine à nos enfants et manifester son désaccord vis-à-vis des catastrophes engendrées par le libre-échange qui ne profite qu’à une poignée de privilégiés et empoisonne le reste du monde !

3bd872b7aef1c48ac87902a07ec55dc6.jpg

Avec les collégiens aussi…

La Ferme de Traon Bihan travaille beaucoup avec les classes et les enseignants, elle a choisi cette orientation car elle a en quelque sorte une fibre pédagogique et apprécie tellement cette passation, ces échanges, ces liens qui se créent entre les enfants, les adultes, toutes les personnes qui sont associés à cette dimension « pédagogique ».

La ferme travaille par exemple aujourd’hui avec des collèges, autour de problématiques différentes selon les cas (journée d’intégration, croisement avec les programmes de SVT, découverte professionnelle…).

Ainsi a débuté cette semaine, une collaboration avec le Collège de Kérichen (Brest) dans le cadre de l’option DP3 (Découverte Professionnelle) dont la thématique choisie est le DEVELOPPEMENT DURABLE.

Tout au long de cette année scolaire, différents échanges vont se créer entre les collègiens et la ferme. Cette 1ère semaine était consacrée à la découverte mutuelle des uns et des autres. Nous sommes donc allés en classe pour les rencontrer, se présenter et répondre à toutes les questions qu’ils avaient préparé afin de mieux comprendre qui nous sommes.

Le travail va se poursuivre par une 1ère visite à la ferme dès le retour des vacances de la Toussaint qui permettra de prolonger les échanges et approfondir les questions et donc les connaissances et cette fois-ci de manière très concrète sur le TERRAIN !

En novembre, nous participerons ensemble au projet artistique de la Cuisine Centrale (cf note précédente) et au printemps, ils reviendront à la ferme pour découvrir une autre facette de la ferme aux beaux jours.

Différents échanges via le blog, la boîte aux lettre électronique ou le courrier classique viendront enrichir et complémenter ces grands temps forts.

La finalité première recherchée à travers ce projet est de permettre à des jeunes de découvrir un METIER, une filière professionnelle et tous les autres métiers qui gravitent autour de nous, et ils sont très nombreux car le volet « pédagogique » en élargit largement la palette.

Il s’agit bien entendu également de sensibiliser au développement durable grâce à un mode de production biologique et une implication dans le jardinage écologique (jardin partagé, réalisation d’un jardin écologique…).

On en reparlera régulièrement… A suivre…

a8665f79bf6349079fb1b94a21c998bb.jpg

Les collègiens et le "développement durable"

Cette semaine, la Ferme de Traon Bihan recevait un groupe de jeunes collégiens de 3ème au Collège de Kérichen, avec qui nous échangeons tout au long de l’année scolaire autour de notre métier et notre volonté et choix de s’inscrire dans une démarche de « développement durable ».

Après une 1ère intervention en classe au 1er trimestre au cours de laquelle nous avions pu échanger avec eux autour de notre métier, notre quotidien, nos formations, la polyvalence des tâches, la diversité des partenaires…. et mieux les éclairer sur un métier et un environnement de plus en plus méconnu par les « citadins », nous leurs avions donné rendez-vous sur place pour passer à la phase CONCRETE des choses : voir, toucher, sentir, agir, FAIRE…

Tout au long de l’après-midi, nous avons poursuivi les échanges entamés et discuté concrètement autour des animaux, du matériel, des bâtiments, des cultures et de la salle de traite. Ils ont pu mieux prendre conscience de la réalité d’un ferme et se sentir impliqués en prenant part à notre quotidien, notamment en participant à la traite ou en changeant de place à une génisse…. Un échange très fructueux et riche de questions, d’intérêts et d’implication des jeunes…

Les échanges vont se poursuivre les semaines à venir et au mois de mai prochain, ils reviendront à nouveau à la ferme pour découvrir les changements engendrés par l’arrivée du printemps : d’autres travaux, d’autres modes de vie pour les animaux… et surtout pour participer activement à un des moments forts de cette période, la plantation des betteraves.

Enfin lors de la Porte Ouverte du 1er juin prochain, « Les Petits Déj Bio », ils pourront échanger avec le public et mettre en avant une démarche qui déjà a permis de démontrer qu’elle est plus que « durable », car les jeunes ont vraiment accroché….

A suivre…

0eaef847b9dc8a039e4e05dff506f829.jpg